La mémoire de l’école des officiers de la gendarmerie nationale

Accueil > Les Parrains > 120ème Promotion : Colonel Georges Delmas

120ème Promotion : Colonel Georges Delmas

Colonel Georges Delmas (1890 - 1967)

Né en 1890 au sein d’une famille rurale à Cahors (46), Georges Delmas s’engage précocement comme volontaire pour 3 ans en 1911 au sein du régiment de sapeurs-pompiers de Cahors. il sera happé par l’histoire et est nommé sergent au 7e régiment d’infanterie le 2 août 1914 alors que l’Allemagne déclare la guerre à la France. Dès lors, s’en suit un engagement sans faille de la part de ce militaire qui franchira les grades successifs jusqu’à celui de capitaine en 1917.
Cette ascension, Georges Delmas la doit à ses actions au feu, son sens du commandement et ses actes de bravoures qui furent reconnus et soulignés par ses chefs, en atteste ses 11 citations dont 8 à l’ordre de l’armée. Au cours de ce conflit, Georges Delmas fut blessé à 9 reprises, dont une blessure par balle à la tête en 1915 et une au thorax en 1918.

Après deux années au sein des troupes d’occupation en Rhénanie, il participe à la campagne de Cilicie. Le capitaine Delmas s’illustre une nouvelle fois dans les combats du levant, qui lui valent 4 citations dont 2 à l’ordre de l’armée. il est par ailleurs blessé une 10e fois.

Fidèle à son premier engagement, il est muté à la brigade des sapeurs-pompiers de paris en 1923. En 1925, il choisit de servir au grade et à l’emploi de capitaine de gendarmerie.
Démontrant de grandes qualités dans ses fonctions et en tant que formateur, il reçoit de nombreux témoignages de satisfaction et des lettres de félicitations.

Affecté à la compagnie de Chaumont (52) en 1936, le chef d’escadron Georges Delmas va une nouvelle fois être rattrapé par l’histoire et se retrouve au cœur de la « drôle de guerre ». En 1940, il organise la défense des ponts de Saône face à l’avancée de l’armée allemande. blessé une 11e fois, il reçoit une 16e citation.

Ebranlé par la défaite, le chef d’escadron Delmas, peu enclin à servir le gouvernement de vichy, fait valoir ses droits à la retraite en 1942. Il rejoint la résistance et gagne ensuite le maquis avec son groupe Vény.
Le 30 juin 1944, avec ses 60 hommes, il se distingue en se défendant contre une colonne de la Waffen SS à Gigouzac (46). Ce coup d’éclat causant la perte d’une centaine d ’allemands et autant de blessés, vaut à Georges Delmas, dit « Drouot » et à son groupe une citation à l’ordre de la division FFI, sa 17e.
De plus, il mène une embuscade d’ampleur le 29 juillet 1944 infligeant encore de lourdes pertes à l’ennemi.
Au cours de ce conflit, blessé une onzième fois, il reçoit 2 citations dont une à l’ordre de l’armée ainsi que la médaille de la résistance.

Nommé lieutenant-colonel en 1945, il est promu colonel de réserve en 1946. A son grand désarroi, en 1947, il se voit refuser de partir en campagne en Indochine. Élevé à la dignité de grand officier de la légion d’honneur en 1948, le colonel Georges Delmas est rayé des cadres en 1951 et se retire à Cahors (46) où il meurt en 1967.

Le colonel Georges Delmas est titulaire de 22 décorations françaises et étrangères dont :
- grand officier de la légion d’honneur,
- croix de guerre 14-18 avec 8 palmes, 2 étoiles d’argent et 1 étoile de bronze,
- croix de guerre 39-45 avec 1 palme et 1 étoile d’argent,
- croix de guerre des TOE avec 2 palmes, 1 étoile de vermeil et 1 étoile d’argent,
- médaille de la résistance,
- officier d’académie,
- commandeur de l’étoile noire du Bénin,
- médaille militaire anglaise


L’insigne de la 120e promotion,
« Colonel Georges Delmas »

- Le sabre pointe vers le haut : Ce sabre est l’attribut de l’officier de gendarmerie et symbolise le commandement et la droiture. Pointé vers le haut, il signifie « unité combattante ».

- Le taconnet : C’est la coiffe de la tenue de tradition, la TETRA, que portent les élèves à l’EOGN depuis 2003.

- Le bleu, couleur de la gendarmerie, notre institution, dans laquelle le colonel Delmas a servi pendant 26 ans.

- La croix de Lorraine : Symbole de la résistance, cette croix remémore les actions de Delmas, dit « Drouot » au cours de la seconde guerre mondiale lorsqu’il dirigeait le groupe VENY.

- La croix occitane : En hommage à ses origine car Georges Delmas est né et mort à CAHORS. De plus, il a mené de nombreux actes de résistant dans Le Quercy.

- Les palmes entourant l’insigne rappellent ses 11 citations à l’ordre de l’armée obtenues durant sa carrière militaire.

Un insigne métallique doit comporter les deux plus grandes décorations :

- La couleur rouge et la plaque de grand officier : il s’agit de la couleur du ruban de l’ordre de la légion d’honneur et la plaque correspond à celle de grand officier, 4e des 5 rangs.

- Les bandes vertes et rouges ainsi représentées et la croix de guerre correspondent à la décoration de la croix de guerre 1914-1918 obtenue par Georges Delmas. Dans la préséance des décorations militaires, c’est la 2e derrière la médaille militaire.